Les réponses à vos questions pour vos fenêtres - Emaplast

Prenez connaissances de toutes nos infos pratiques

Parce que l’isolation de votre maison est une donnée importante à prendre en compte, EMAPLAST vous propose quelques conseils et renseignements qui vous permettront de faire les bons choix.

Nous restons également à votre écoute pour toute question complémentaire ou demande de devis. N’hésitez pas, contactez-nous.

Subventions et primes

Parce que les économies d’énergie sont désormais l’affaire de tous, lorsque vous effectuez des travaux en vue d’optimiser l’isolation de votre habitation, il est possible que vous soyez éligible à l’attribution de subventions ou de primes.

De plus, certains travaux entrepris dans les logements de plus de deux ans donnent droit à un taux réduit de TVA, s’élevant normalement à 20%. Depuis le 1er janvier 2014, son taux est de 5.5 % pour les travaux d’efficacité énergétique éligibles au crédit d’impôt développement durable et leurs travaux indissociablement liés et de 10 % pour les autres travaux de rénovation, dans les logements qui en remplissent les conditions.

De nombreux organismes sont à votre disposition pour vous conseiller et vous renseigner sur les aides disponibles.

ADEME

L’ADEME a mise en place un dispositif d’information sur la maîtrise de l’énergie et les énergies renouvelables pour le public.

Consultez dès maintenant leur site internet et retrouvez gratuitement toutes les informations qu’il vous faut : www.ademe.fr/particuliers/.

ANAH

L’ANAH attribue des subventions et des primes afin d’améliorer le confort dans l’habitat privé.

Besoin d’un renseignement ou de demander une subvention, prenez contact directement avec la délégation locale de l’ANAH où est situé le logement à rénover ou consultez le site internet : www.anah.fr.

ADIL

Les ADIL forment un réseau agréé par le ministère chargé du logement. Elles mettent à la disposition du public un service d’information gratuit, complet et compétent sur tout ce qui touche au logement.

Pour tout renseignement, conseil financier, connectez-vous sur le site : www.anil.org.

Crédit d’impôts

Depuis le 1er janvier 2019, le crédit d’impôt est au taux de 15% pour les matériaux d’isolation thermique des parois vitrées venant en remplacement de simples vitrages sous conditions.

Pour bénéficier de cette aide de l’état, vous devez respecter plusieurs conditions et faire réaliser des travaux pour l’amélioration des performances énergétiques de votre logement.

Réglementation thermique

La Réglementation Thermique de 2012 met en place des objectifs ambitieux en fixant un seuil maximal de consommation d’énergie à 50 kWhep/(m².an) en moyenne. Cette règlementation impose également des niveaux élevés d’isolation et d’efficacité énergétique. Elle vient à s’appliquer à tous les bâtiments neufs à usage d’habitation ou à usage tertiaire. Le respect de cette règlementation est également vérifié pour valider tout permis de construire.

Financement

L’éco-prêt à taux zéro est un dispositif qui vous permet de financer vos travaux de rénovation énergétique.

Le prêt à taux zéro (dit aussi PTZ), s’adresse à tout propriétaire d’un logement de plus de deux ans, occupant ou bailleur et ce, sans conditions de ressources. Le PTZ vise les travaux d’amélioration de performance énergétique des logements anciens utilisés comme résidence principales.

Ce prêt est plafonné à 30 000€, pour une durée maximum de remboursement fixée à 15 ans.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter directement les sites https://www.economie.gouv.fr et https://www.ademe.fr/particuliers-eco-citoyens/financez-projet/renovation/dossier/prets-ameliorer-lhabitat/pret-a-taux-zero.

Entretien

Une fois les travaux effectués, nous remettons à tous nos clients une notice d’entretien des menuiseries.

Entretien de l’aluminium

Le nettoyage et l’entretien de vos fenêtres en aluminium est très facile. Munissez vous d’un chiffon doux et d’eau savonneuse et le tour est joué.

Il est important comme pour vos fenêtres en PVC de ne jamais utiliser de produits abrasifs, essence, acétone ou alcool.

Si votre habitation est exposée à l’air marin, rincez régulièrement à l’eau claire vos menuiseries mais également les tabliers de volets roulants (au moins une fois tous les 3 mois).

Pensez à déboucher et nettoyer les trous d’évacuation en cas d’obstruction.

Procédez également à la lubrification des éléments métalliques, tels que les crémones et serrures au moins une fois par an voire 3 à 4 fois si votre habitation est en bord de mer.

Dépoussiérez et aspirez également les grilles de ventilation régulièrement en veillant à ne jamais calfeutrer celles-ci.

Entretien du PVC

Pour maintenir un bon état de conservation de vos fenêtres en PVC, il est important de les nettoyer régulièrement avec une éponge non abrasive et de l’eau savonneuse.

Il est important de ne jamais utiliser sur vos fenêtres et PVC des produits alcalins, acides, des solvants à base d’acétone, trichloréthylène, éther, essence ou chlorés et ceux contenant des matières abrasives (poudre à récurer par exemple).

Il est interdit de laquer les profilés PVC, ainsi que les panneaux décoratifs de portes d’entrée (risque de fissuration).

Les 10 questions

La ventilation des habitations à quoi ça sert ?

Parce qu’en respirant, vous inspirer de l’oxygène et rejetez naturellement du gaz carbonique et de l’eau sous forme de vapeur ; une forte augmentation du taux d’humidité ambiante peut avoir lieu. Ainsi, l’air peut être rendu peu à peu irrespirable et vos pièces peuvent vite devenir insalubres si votre habitation est insuffisamment ventilée.

Le renouvellement de l’air est indispensable. Cela permet d’éliminer tous les polluants, l’humidité en excès et les mauvaises odeurs afin de respirer un air sain et d’empêcher la prolifération des acariens et des moisissures qui affectionnent les ambiances chaudes et humides. Bon nombre de maladies respiratoires (Asthme) et maux de tête sont souvent dus à des logements insalubres car mal ventilés et souvent à l’insu de leurs occupants.

Le changement de mes fenêtres peut-il avoir une influence sur la ventilation de mon habitation ?

Les fenêtres fabriquaient jusque dans les années 1970 et même au-delà, possédaient une forte perméabilité à l’air car elles laissaient passer de minces filets d’air sur le pourtour des ouvrants. Cela posait de nombreux problèmes :

  • Aucune maîtrise de la quantité d’air entrant
  • Inconfort permanent lorsqu’on s’approche des fenêtres, sensation de courants d’air froid
  • Bruits extérieurs qui se propagent facilement dans les pièces (Nuisances sonores)
  • Dépenses de chauffage importantes pour compenser les déperditions inutiles

Pour éviter tous ces inconvénients, les fenêtres actuelles sont conçues avec des joints souples entre ouvrants et dormants afin d’assurer une bonne étanchéité à l’air, indice A*4 par exemple qui indique un excellent classement à l’air mesuré sur un banc d’essai AEV (Air, Eau et Vent).

Si mes nouvelles fenêtres sont étanches à l’air, comment faire entrer l’air indispensable au renouvellement de l’air vicié ?

Pour permettre malgré toute la circulation nécessaire au renouvellement d’air il vous faudra percer des orifices d’aération en traverse haute des fenêtres (Ou dans la façade du coffre de volet intégré le cas échéant) et y accoler une grille d’aération.

  •  La grille d’entrée d’air sera munie d’un déflecteur permettant à l’air froid entrant d’être dirigé d’abord vers le plafond afin qu’il se mélange à l’air ambiant (Effet coanda) pour se réchauffer et ainsi minimiser la gêne qu’il pourrait produire au niveau des occupants.
  • La grille d’entrée d’air est calibrée et auto-réglable afin de pouvoir réguler le débit d’air entrant aux alentours de la valeur nominale qui sera de 15, 20, 30 ou 45 m³/h selon le volume de la pièce. Ainsi on maîtrise parfaitement la quantité d’air entrant.
  • La grille d’entrée d’air sera également munie d’un absorbeur de sons selon le degré d’isolation acoustique requis par rapport aux nuisances sonores extérieures afin de respecter la réglementation en vigueur.
  • L’entrée d’air sera munie d’une grille anti-insectes (Mouches, moustiques…).
  • Enfin les grilles pourront en option être hygrométriques, donc s’ouvrir automatiquement lorsque le taux d’humidité augmente dans l’air (Présence des occupants) et se refermer automatiquement lorsque l’habitation est inoccupée pour réaliser de substantielles économies d’énergies, à condition toutefois qu’elles soient couplées à une VMC dite « Hygro B ».
La mise en place de grilles d’aération en traverse haute de mes nouvelles fenêtres sera-t-elle suffisante pour assurer un renouvellement d’air optimal de mon habitation ?

Oui à moins que votre logement ne soit pas équipé d’une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) efficace fonctionnant en permanence.

La ventilation « naturelle » qui se produisait avec vos anciennes fenêtres fuyardes risque d’être désormais insuffisante à raison des performances de nos fenêtres en matière d’isolation. De ce fait, pour assurer une ventilation « naturelle » il faut générer une circulation d’air.

Le principe de convection naturelle fait que l’air chaud monte et s’échappe par le haut, il aspire ainsi l’air froid extérieur par le bas, or comme les grilles d’entrée d’air sont situées en partie haute, le tirage naturel ne se fait pas et la quantité d’air entrante risque de s’avérer insuffisante pour assurer un renouvellement d’air compatible avec le degré de pollution intérieur.

La solution la plus efficace, largement éprouvée et obligatoire en construction neuve depuis l’arrêté du 24 mars 1982 (Il y a plus de 30 ans !) consiste à installer une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) en même temps que l’installation de vos nouvelles fenêtres. La VMC va créer une dépression dans les pièces de service par les bouches d’extraction obligeant l’air frais à entrer dans les pièces de vie par les entrées d’air situées au-dessus des fenêtres.

Dans le cas où votre logement est déjà équipé d’une VMC, il faudra simplement s’assurer qu’elle fonctionne parfaitement et procéder éventuellement à une opération de révision complète si vous avez oublié la date du dernier entretien.

Faut-il prévoir des grilles d’aération sur toutes les fenêtres ?

Il faut prévoir une grille d’entrée d’air dans toutes les pièces de vie (Chambres, séjour, bureau, salon) et surtout pas dans les pièces de service (WC, SDB, Cuisine, buanderie) car dans ces pièces, en principe, il devrait y avoir une bouche d’extraction d’air vicié reliée à la VMC.

Si on pose une entrée d’air sur la fenêtre d’une pièce de service, l’air provenant de l’extérieur sera aspiré directement par la bouche d’extraction. Cela réduira à néant l’efficacité de la VMC qui ne parviendra pas à renouveler l’air des autres pièces.

Pourquoi doit-on prévoir un jeu d’au moins 15mm sous les portes intérieures ?

Ces 15mm sont nécessaires pour permettre une circulation d’air permanente et suffisante entre toutes les pièces. Ainsi, ces 15mm vont rendre possible, alors même que les portes sont fermées, de la circulation de l’air en permanence.

Il faut porter une attention particulière aux moquettes épaisses, aux parquets flottants et aux carrelages posés sur un sol existant.

A quoi bon remplacer une fenêtre peu isolante au froid par une fenêtre très isolante si l’on doit mettre une entrée d’air non réchauffé au-dessus, n’est-ce pas contradictoire ?

Non car il faut distinguer 3 types de déperditions au niveau des parois vitrées :

1 – Les déperditions dues au transfert de chaleur à travers la paroi vitrée : Grâce aux doubles vitrages très performants actuels (Traités en basse émissivité) ces pertes dues à l’effet de paroi froide vont être divisées par un facteur 5 ou 6. Également les profilés multi-chambres (Fenêtres en PVC) ou les barrettes de rupture thermique (Fenêtres en Alu) vont réduire ces déperditions.

2 – Les déperditions dues à un excès d’air extérieur s’infiltrant entre ouvrant et dormant, c’est le cas par exemple des portes d’entrée sans seuil ou des fenêtres sans joints entre ouvrant et dormant.

3 – Les déperditions dues aux arrivées d’air frais en traverse haute de fenêtres, indispensables au renouvellement de l’air intérieur (évacuation du CO2, des polluants, de l’humidité, des odeurs…).

Les nouvelles fenêtres vont permettre de réduire considérablement les déperditions des cas n° 1 et n° 2 qui peuvent représenter jusqu’à 40 % des pertes énergétiques d’une habitation voire davantage notamment en logement collectif.

Cependant le remplacement des fenêtres n’aura pas d’influence sur les déperditions dues au seul renouvellement de l’air du cas n° 3.

La diminution des déperditions dues au renouvellement de l’air ne peut s’envisager qu’en réchauffant l’air entrant à partir de la chaleur récupérée dans l’air vicié extrait (VMC double flux) ou d’autres dispositifs de réchauffage de l’air entrant à partir d’énergie renouvelable tel un puits canadien ou un mur trombe par exemple.

Les grilles d’entrée d’air ne risquent-elles pas de dégrader la performance phonique de mes fenêtres ?

Non à condition que le niveau d’affaiblissement phonique de la grille d’entrée d’air soit adapté et en rapport avec la performance phonique de façade requise selon l’environnement extérieur.

On estime que l’affaiblissement phonique normalisé de la grille d’entrée d’air mesurée en laboratoire qu’on appelle le Dn,e,w + Ctr doit se situer au moins 6 à 7 dB (Décibel) au-dessus de la performance phonique requise de la façade.

 

Par exemple pour une fenêtre standard équipée d’un vitrage 4/16/4, requise pour un classement façade de 30 dB, la grille d’entrée d’air aura un affaiblissement normalisé Dn,e,w + Ctr de 36 dB minimum. Pour une fenêtre équipée d’un vitrage phonique 10/16/4, classement façade requis de 35 dB, la grille aura un Dn,e,w + Ctr de 41 dB.

A noter que s’il y a 2 grilles dans la même pièce, il faudra majorer la performance de chaque grille de 3 dB.

Au-delà d’un affaiblissement requis de 35 dB façade vis-à-vis d’un bruit de trafic routier, il est interdit de prévoir des entrées d’air en traverse haute des menuiseries car il n’existe pas sur le marché de grilles adaptées ayant des performances suffisantes. Les entrées d’air devront donc se faire obligatoirement dans le mur (Carottage) et l’air entrant devra passer au travers d’un caisson acoustique incorporé dans l’épaisseur de la cloison de doublage (Ou du mur) équipé de mousses absorbantes anti-bruits.

La ventilation de mon habitation a-t-elle une influence sur ma consommation énergétique ?

Oui. En effet, une ventilation maîtrisée permet une bonne circulation de l’air et une température homogène dans les pièces et ce, en réduisant la consommation des appareils de chauffage. Des économies d’énergie et pécuniaires non négligeable.

La consommation d’énergie électrique d’un moteur de VMC performant fonctionnant 24h/24 est inférieure à 40 € par an (Consommation maxi 25 Wh/m3 extrait).

La VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) double flux est-elle obligatoire pour les nouvelles constructions aux normes RT 2012 (Réglementation Thermique 2012) ?

Non. Cependant son installation reste très souhaitable afin de réduire les dépenses énergétiques dues aux déperditions de chaleur de l’air vicié extrait. En outre, elle offre un confort incomparable. Elle permet de ne pas avoir recours à des entrées d’air non réchauffé en traverse haute des fenêtres ce qui s’avère excellent notamment en présence d’environnement extérieur bruyant, fortement pollué ou de sensibilité accrue aux allergènes (Pollens, poussières…).

Toutefois son prix est sensiblement plus élevé que la VMC simple flux auquel il faut ajouter un entretien régulier nécessaire des filtres (tous les 6 mois environ).

Afin d’être conforme à la RT 2012, le plus important sera de faire la chasse aux entrées d’air parasites qui risquent de perturber le renouvellement et la circulation de l’air ayant pour effet d’induire une surconsommation de chauffage (Test d’infiltrométrie obligatoire avant réception).